Carabine Remington, modèle 1860

Carabine Remington, modèle 1860 2017-01-10T13:09:43+00:00

Project Description

Carabine Remington, modèle 1860

Carabine de selle, à chargement par la culasse de type «Rolling block».

Inv. 12 395

0,88m

Bois, acier

Cette carabine de cavalerie américaine, emblématique de l’histoire de la Conquête de l’Ouest, fait partie des collections du musée avec un lot d’armes dites « de la Défense Nationale ».

En 1870, après la défaite de Sedan et l’abdication de Napoléon III, le Gouvernement de la Défense Nationale (4 septembre) décide de poursuivre les combats.

Le 7 octobre, Léon Gambetta quitte Paris assiégée, à bord d’un ballon Montgolfier, pour organiser la guerre en province.

L’armée française est alors efficacement pourvue de fusils «Chassepot» et de fusils «à tabatière» (transformation d’armes à silex par un système de chargement par la culasse) mais les nombreuses défaites et redditions (trahison du maréchal Bazaine, commandant l’Armée du Rhin, à Metz, etc.) provoquent vite un manque d’équipement.

Une importante commande est passée au gouvernement américain et des centaines d’armes, (Winchesters, Sharps, Spencers et Remingtons) arrivent dans les ports français avant d’être distribuées dans les arsenaux de provinces.

C’est ainsi, qu’un lot arrive à l’arsenal de Toulouse.

Quelques exemplaires sont distribués aux notables de la ville, ayant des biens à protéger, mais les officiers trouvent ces armes inadaptées pour les troupes régulières (trop consommatrices de munitions et trop courtes pour les charges à la baïonnette) et l’on rechigne à en pourvoir les troupes de franc-tireurs, le peuple étant jugé alors trop turbulent.

Si bien qu’un grand nombre de ces carabines, pourtant supérieures aux armes européennes, restent à l’arsenal jusqu’en 1943, où il est décidé de les déclarer armes de collection et d’en faire don au musée Saint-Raymond, pour éviter une saisie par les troupes d’occupation.

Après guerre, à la création du musée municipal Paul-Dupuy, les collections d’armes y sont transférées.

Serge Nicolo