Mesure de capacité, Languedoc, XVIIIe siècle

Mesure de capacité, Languedoc, XVIIIe siècle 2017-01-10T13:01:04+00:00

Project Description

Mesure de capacité, Languedoc, XVIIIe siècle

Verre

H : 18,5 cm ; D : 12 cm

Inv. 20 053

Du XVIIe au XIXe siècle, le Languedoc a connu une importante production verrière dont le monopole était détenu par des gentilhommes-verriers. En effet, cet artisanat fut longtemps réservé à la noblesse. En 1445, Charles VII confirmait dans l’édit de Sommières que « nul ne doit exhiber le dit art de verrier s’il n’est noble et procréé de noble génération et généalogie de verriers ». De la Haute-Guyenne au bas Languedoc, la corporation dépendait de la juridiction du viguier de Sommières, dans l’actuel département du Gard.

Il est actuellement difficile d’attribuer les productions languedociennes à des ateliers précis. Le site de La Grésigne (Tarn) est l’un des plus célèbres. Situé sur un important territoire forestier, il avait à sa disposition d’abondantes ressources en combustible dont la production verrière était très gourmande. Du XVIe au XVIIIe siècle, une dizaine de d’ateliers élaborèrent sur place bouteilles, flacons et autres objets utilitaires d’une couleur vert-bleue caractéristique. Cette tonalité est produite par l’oxyde de fer contenu dans le sable qui sert à la fabrication du verre. La Grésigne était particulièrement reconnue pour ses mesures de capacité à vin et à huile. Coniques, hexagonales, octogonales ou carrées, leurs formes sont d’une grande variété dont témoigne la collection du musée Paul-Dupuy. Une collerette en verre ou un anneau en métal indique le niveau conforme de la capacité.

Marie-Pierre Chaumet