Raymond Lafage, La fondation d’Ancyre par les Tectosages, 1683

Raymond Lafage, La fondation d’Ancyre par les Tectosages, 1683 2016-11-07T20:54:00+00:00

Project Description

Raymond Lafage (Coudoumiac, auj. commune de Lisle-sur-Tarn) 1656 – Lyon 1684), La fondation d’Ancyre par les Tectosages

Plume, encre brune et lavis gris

0,430 m x 0,598 m

Inv. 41

A Toulouse, il est l’élève de Jean-Pierre Rivalz (Labastide-d’Anjou 1625 – Toulouse 1706). Il connaît une brève et brillante carrière de dessinateur, principalement dans cette ville mais aussi à Rome et à Paris. Ses projets pour le décor de la galerie de peinture de l’hôtel de ville de Toulouse lui valent l’admiration du jeune Pierre Crozat qui réunira un grand nombre de ses dessins. Après sa mort prématurée, ses œuvres continuent à être connues et appréciées grâce à la passion des collectionneurs et à leur diffusion par la gravure.

La scène représente au centre, un architecte montrant le plan de la nouvelle ville au chef des Tectosages et à ses officiers. A droite, des ouvriers déplacent un gros bloc de pierre avec des leviers. Derrière eux, des maçons construisent un mur. A gauche, un tailleur de pierre, le marteau levé dégage au ciseau l’arête d’un bloc massif. A l’arrière-plan, s’élève une grosse tour ronde en construction entourée de contreforts et portant des échafaudages à mi-hauteur ; sur le faîte, des ouvriers hissent une pierre à l’aide d’une grue. Au loin, on aperçoit les masses abruptes des montagnes de Galatie. Ce dessin d’une expressivité étonnante évoque avec vivacité le passé glorieux des fondateurs mythiques de Toulouse.

Cette étude fait partie d’une série de dix dessins commandés à Raymond Lafage en 1683 par les Capitouls pour la décoration de la troisième galerie de l’hôtel de ville. Les sujets sur « l’histoire et rares faits d’armes des Tolosains » donnés par Germain de Lafaille se retrouvent dans le premier volume de ses Annales de Toulouse. Ces cartons n’ont jamais été exécutés. La plupart des sujets qui y sont représentés furent peints en 1684 par trois des plus grands peintres parisiens : Jean Jouvenet, Antoine Coypel, Bon Boulogne. Quelques années plus tard, les peintres toulousains Jean-Pierre Rivalz (1694) et son fils Antoine (1702, 1705, 1706, 1723, 1727) poursuivent et achèvent le grand cycle de l’histoire de Toulouse. Disparu des fonds municipaux (certainement avant 1750), l’ensemble de la série de dessins a été signalée à la vente Silvestre en 1810. Neufs feuilles ont été rachetées par la ville de Toulouse en 1865. La dixième, Raymond IV, comte de Toulouse, prenant la croix, est conservée par le musée du Louvre (Inv. 27344, recto) sous le titre Grégoire IX donnant la croix à des guerriers après un sermon à Spolète.

L’ensemble de la série gravé à l’eau-forte par François Ertinger (Colmar 1640 – Paris 1710) contribua à sa diffusion (Inv. 57.44.6 à 18).

Mireille Serniguet