Types toulousains – Les attrapeurs de chiens, 1902

Types toulousains – Les attrapeurs de chiens, 19022018-09-25T15:56:23+00:00

Project Description

Ce qu’on appelle « petits métiers » regroupait en fait tant les marchands ambulants que les camelots ou encore les métiers de service proposés par les artisans. Leur point commun était des gains médiocres – on les appelait aussi « gagne-petit » – et le fait qu’ils officiaient dans les rues des grandes villes. Toulouse, ville-refuge, mais aussi ville-mirage pour des milliers de paysans misérables, connaît au 19e siècle une véritable explosion démographique : entre 1790 et 1880, elle voit sa population doubler ; entre 1815 et 1911, la ville accueille 160 000 immigrants. Les conditions de vie des nouveaux arrivants, en l’absence d’une véritable implantation industrielle, sont précaires. D’où l’abondance de ces « petits métiers » qui permettaient tout juste la survie. Encore plus bas dans la hiérarchie sociale, on trouvait les forains, musiciens, montreurs d’ours, aux marges de la mendicité pure et simple, qui, depuis toujours, s’exerçait aux abords des églises….