Ajax « le grand »

Ajax, fils de Télamon (roi de Salamine) et de Péribée, est un héros de la guerre de Troie. Surnommé « Ajax le grand » à cause de sa haute stature et afin de le distinguer de son homonyme, dit « Ajax le petit ».

François Luca, Ulysse et Ajax se disputant les armes d'Achille, XVIIIe siècle. © Musée Paul-Dupuy

Iliade, Chant VII

Combat Ajax « le grand » contre Hector

L’un des plus importants duels de l’épopée l’oppose, au chant VII, à Hector, le prince troyen : Hector offre aux Grecs la possibilité de désigner un champion pour l’affronter en combat singulier. C’est Ajax qui est tiré au sort et qui va affronter le Priamide. Le combat dure longtemps avant que les deux hérauts de Zeus ne l’arrêtent, alors que la nuit va tomber. Ajax et Hector conviennent alors de déclarer partie égale : ainsi, tous pourront dire, selon Hector, « Tous deux se sont battus pour la querelle qui dévore les cœurs et se sont séparés après avoir formé un amical accord2 » (Il., VII, 301-302). Ils s’échangent alors des cadeaux, une épée et son baudrier de la part d’Hector, une ceinture de pourpre de la part d’Ajax, et chacun regagne son camp. La courtoisie et l’esprit chevaleresque qui anime la rencontre des deux champions contraste avec la sauvagerie du duel futur entre Achille et Hector. »

Selon l’Odyssée, après la mort d’Achille, il récupère, avec l’aide d’Athéna, le corps de ce dernier des mains des Troyens et dispute à Ulysse l’honneur de recevoir ses armes. Athéna et un groupe d’enfants troyens prisonniers (à qui on demande qui d’Ulysse ou d’Ajax a causé le plus de torts à Troie) guident Agamemnon dans sa décision. Ajax n’est donc pas choisi, et sa déception le rend fou : il se précipite hors de sa tente et massacre par vengeance un troupeau de moutons du camp, croyant tuer des chefs grecs. Reprenant ses esprits, il se tue de honte avec l’épée qu’il avait reçue en cadeau d’Hector. C’est le récit de sa mort indiqué dans l’Ajax de Sophocle, dans les Néméennes de Pindare et dans les Métamorphoses d’Ovide. Selon Pausanias, de son sang surgit une fleur rouge, comme la mort d’Hyacinthe qui porte sur ses feuilles les lettres initiales de son nom Ai, également expression de lamentation. Ses cendres furent déposées dans une urne dorée sur le promontoire à l’entrée de l’Hellespont. Ulysse le revit lors de son passage au séjour des morts. Ajax, rancunier, reste à l’écart, et ne répond pas à l’exhortation amicale d’Ulysse.

Dion de Pruse écrit dans son Xe Discours que c’est Hector qui tua Ajax, et réfute la « fable » homérique qui parle de son suicide : tout le monde savait qu’Ajax était mort devant Troie, et l’on connaissait son tombeau, situé au cap Rhétéion, face au cap Sigée, en Troade, près de l’embouchure du Scamandre, non loin de Troie7.