Héraclès (Hercule) demi-dieu, le plus célèbre des héros grecs, fils de Zeus et d’une princesse thébaine, Alcmène. Pour les artistes, Héraclès est souvent un prétexte pour dessiner le nu masculin et sa musculature (voir le dessin de Paris Bordone et les deux académies).

Héraclès et la « première guerre de Troie »

Les interventions d’Héraclès sont déterminantes dans les deux « guerres de Troie » :

Il est à l’initiative de la première qui se déroule après que Jason ait rapporté la Toison d’or.
Dans la seconde (voir Ulysse « l’artificieux »), il oblige Philoctète à remettre ses armes à Ulysse et à quitter son île, seules conditions à la victoire des Grecs contre les Troyens.

Les frontons du temple d’Aphaïa à Égine représentent ces deux « guerres de Troie » : le raid d’Héraclès et la guerre des chefs achéens (v. 505-500 av. J.-C, musée de Munich).

L’expédition d’Héraclès contre Troie (première guerre de Troie)

Héraclès, qui suivait Jason à la recherche de la toison d’or en Colchide, trouve Hésione enchaînée à un rocher sur le rivage de Troie, entièrement nue et parée de ses seuls bijoux. Il brise ses chaînes et offre de tuer le monstre marin en échange de deux chevaux blancs immortels, que Zeus avait offerts à Tros, le grand-père de Laomédon, roi de Troie et père de Priam (ou Podarcès), pour le prix de l’enlèvement de Ganymède.

Après trois jours de combat, Héraclès sort victorieux du ventre du monstre. Laomédon aurait alors trompé Héraclès en substituant deux chevaux ordinaires aux chevaux immortels promis. Héraclès s’embarque très en colère après avoir menacé de mener la guerre contre Troie.

Celui-ci recrute des soldats à Tirynthe et affrète des bateaux. Il débarque près de Troie, en confiant la garde des navires à Oïclès. Laomédon envoie le peuple équipé d’épées et de torches brûler les navires d’Héraclès, mais Oïclès résiste jusqu’à son dernier souffle et permet à ceux-ci de reprendre la mer.

Guerrier troyen mourant identifié à Laomédon, figure E-XI du fronton oriental du Temple d'Aphaïa sur l'île d'Égine au Sud d'Athènes, fin vie siècle av. J.-C., Glyptothèque de Munich, no 85.

Héraclès ordonne l’assaut immédiat de la ville, et c’est Télamon qui réussit à créer une brèche dans la muraille et à pénétrer dans la ville. Héraclès tue Laomédon et tous ses fils, à l’exception du jeune Podarcès. Hésione est attribuée à Télamon en récompense ; elle a la permission de racheter le prisonnier de son choix, et achète son frère Podarcès pour le prix du voile d’or qu’elle porte au front. Ceci vaut à Podarcès le nom de Priam, qui signifie « racheté ».

Après avoir brûlé la ville et dévasté les environs, Héraclès s’éloigne de la Troade avec Glaucia, fille du fleuve Scamandre, et en laissant Priam sur le trône.